Accueil

11/10/20 : la deuxième vague est annoncée

L'évolution de la circulation du virus est maintenant certaine et le ministère annonce un pic épidémique d'ici une huitaine de jours (vacances d'automne).

Début août, nous étions en relation avec l'ARS et les laboratoires pour essayer de trouver de solutions à la problématique du dépistage. Fin août, nous vous avions sollicité par le biais d'un questionnaire afin de savoir quelles étaient vos attentes, suggestions et disponibilités en cas de nouvelle crise. L'ensemble des professionnels était favorable à la réouverture d'un centre, dont la forme devait dépendre de l'intensité de la crise.

L'ARS est partie mi-septembre sur la piste d'un centre de dépistage couvrant tout le territoire de la Seine-et-Marne Nord et nous leur avons proposé de participer à la structuration du centre de dépistage avec l'idée d'y adjoindre une consultation en binôme médical/paramédical. Il nous paraissait indispensable de mieux accompagner les patients, notamment ceux dont le dépistage ne reposait pas sur une prescription médicale. Notre proposition n'a pas été retenue, la recherche et la structuration du lieu s'est faite sans l'appui des libéraux.

Nous avons ensuite proposé à l'ARS un projet d'accueil téléphonique avec l'objectif de répondre aux demandes des habitants concernant la COVID, d'orienter les patients démunis dans le flou du dépistage et expliquer l'importance des mesures barrières pour contrôler l'épidémie.   Ce point d'accueil, prévu au Totem, aurait pu évoluer en un centre de consultations/dépistage en cas de crise sanitaire majeure, comme vous en aviez formulé l'intérêt lors du questionnaire.

L'ARS ne valide, à ce jour, aucune des 2 phases de ce projet (régulation puis consultation/dépistage)Il a été clairement dit qu'il n'y aurait pas de financement pour la remise en place de centres ambulatoires. A chacun de s'organiser dans son cabinet pour maintenir le suivi des patients, assurer la sécurité avec des plages dédiées COVID/non COVID et répondre à la demande de soins non-programmés qui risque d'exploser dans les prochains jours !

Il est possible que l'ARS sollicite des professionnels de santé du territoire pour assurer des consultations dans le centre de dépistage de Lognes (ce que nous avions suggéré initialement mais le centre devait alors s'ouvrir à Serris).

Il est possible également que leur position évolue en fonction de l'importance de la crise.

Faites-nous bien entendu remonter vos remarques et difficultés d'organisation individuelles afin de voir dans quelle mesure notre organisation en CPTS peut-être soutenante pour tous dans cette période. 


Enfin voici un lien vers un courrier de Ministre de la Santé, Olivier Véran, destiné au Directeur Général de la Santé et mettant en avant l'efficacité des organisations territoriales coordonnées pendant la gestion de la crise et donnant les lignes directrices pour soutenir et renforcer nos initiatives.

Courrier de M. Olivier Veran à M. Thomas Fatome